Comment je suis devenue végétalienne

Cheefa m’a donné l’idée de faire un article sur « Pourquoi je suis devenue végétalienne ? »

C’est vrai que ça semble être un peu la base, mais j’avoue ne pas forcément y avoir pensé, ou bien je me suis dit que ça n’intéresserait personne. Je me rends en fait compte (car elle n’est pas la seule) qu’une des premières questions que l’on me pose quand je dis que je suis végétalienne c’est « pourquoi ? ».

Quelle vaste question quand j’y pense !

Du plus loin que je me souvienne, je n’ai jamais eu de goût particulier pour la viande.

J’ai toujours mangé mon steak haché ultra cuit, uniquement le blanc du poulet et des knackies ou des tranches de poitrine réduites en chips sur le barbecue.

Impossible pour moi de manger du lapin, de l’agneau, du veau ou des trucs que je considérais comme vraiment immondes tels les abats ou le pâté.

Bref, entre cette viande et moi les débuts étaient déjà difficiles ! Par contre, pour ce qui est des œufs et des laitages, j’en ai toujours beaucoup consommé, sous toutes leurs formes possibles.

Suivant les occasions (repas professionnels par exemple) j’ai commencé peu à peu à dire que j’étais végétarienne, même si en théorie ce n’était pas vrai. Il était alors plus simple pour moi de me revendiquer végétarienne que de devoir expliquer à tout le monde que « non la viande saignante je ne vais pas pouvoir la manger ainsi, que le rôti de veau ne passera pas par moi parce que je n’aime pas, que dans cette côtelette il y a du gras et qu’une fois en bouche je n’arrive pas à l’avaler, … » bref, une fois dis que j’étais végétarienne, les gens me laissaient assez facilement tranquille. J’avais trouvé le bon filon !

Mais au fur et à mesure que le temps est passé, j’ai encore réduit mes apports en viande/poisson au fur et à mesure que mes différentes lectures sur le végéta*isme augmentaient.

Et puis je crois que je me suis réveillée un matin en me disant : « aujourd’hui je deviens végétarienne ». La souffrance animale, les conditions de vie atroce dans lesquelles ces pauvres bêtes sont élevées et maltraitée juste pour nourrir et engraisser une population qui n’en a en réalité pas besoin, c’était trop pour moi, je ne voulais plus prendre part à tout cela.

J’ai commencé par supprimer uniquement la chaire animale, sans forcément penser à aller plus loin. Je savais aussi que ma mère s’inquiéterait et d’ailleurs sa première réaction a été « tu manges encore des œufs quand même ?! »

Cependant, le lait me fait mal, il me rend malade j’ai de plus en plus de mal à le digérer. Puis une mauvaise expérience avec les œufs me rappellent d’où ils viennent, et même si j’essaie de continuer à en manger, peu à peu ils me dégoutent.

Moins de trois mois après, toujours en allant plus loin dans mes lectures, je suis passée au stade supérieur : le végétalisme.

Comme je m’y attendais, suite à cette annonce, les seuls mots de ma mère ont été : « à force d’enlever des choses de ton alimentation, il ne va plus rien te rester, tu vas avoir des carences. ».

Que nenni ! Je pense que depuis que je suis devenue végéta*ienne je n’ai jamais aussi bien mangé et surtout aussi équilibré ! J’ai quasiment une portion de protéines à chacun de mes repas, alors qu’avant je n’étais bien souvent à même pas une par jour et ce très souvent …

J’ai donc une alimentation plus complète, je peux dire que je me sens en meilleure forme globalement, je n’ai plus du tout de problèmes de type rhume d’hiver, nez bouché/qui coule, eczéma, maux d’estomac et de ventre, bref tout va bien !

Même si à la base j’ai arrêté le lait surtout d’un point de vue confort au quotidien (j’avais de douloureux maux d’estomac dès que j’en consommais) je crois qu’aujourd’hui je ne pourrais et surtout ne voudrais pas en remanger même si je n’avais aucun symptôme par la suite. J’ai pris conscience que même si aucun animal n’est directement tué pour fabriquer ces produits, cette production d’aliments issus du monde animal ne représente quand même que souffrance, mauvaises conditions de vie et mauvais traitements. Il s’agit purement d’exploitation animale. À quoi cela sert-il de ne pas tuer les animaux si c’est pour leur offrir une vie atroce ?

 

Je pense que c’est à peu près ce que je peux dire à ce sujet, sauf si vous avez des interrogations particulières !

 

Cheefa m’a aussi demandé comment je vivais cette situation, si c’était facile au quotidien ou non.

Envers les gens, je n’ai pas trop de problème, en général, étant très centrés sur eux-mêmes, ils ne me posent quasiment aucune question, se contentant de dire des phrases typiques telles que :

-« Oh la la je ne pourrai pas me passer de viande moi ! »

– « Mais tu ne manges rien alors ? Moi je ne pourrai pas ! »

-« Oh ben je te le laisse, j’aime trop manger ! »

 

Sinon il y a les préjugés stupides tels :

-« Tu n’es pas malade ? » (Honnêtement je ne fais pas du tout peine à voir, et suis trèèèès loin d’être rachitique mdr)

-« C’est marrant, tu n’as pas du tout le teint blafard et tu sembles normale » (Justement ayant une bonne hygiène de vie ça se voit positivement sur ma peau, et non je ne fais pas partie d’une secte !)

 

Je crois que le plus dur, reste les repas prit à l’extérieur.

Pour un végétarien, il est (je trouve) très simple de manger quasiment partout : pizza aux légumes et fromages, salade de chèvre chaud, plat de pâtes, quiche au fromage, sandwich, etc, etc.

Mais pour un végétalien, la chose devient tout de suite beaucoup plus complexe pour la simple raison, que les règles de nutritions « habituelles » préconisent pour chaque repas des protéines animales (chaire) ou en remplacement … un produit laitier de type fromage ! Donc dans un sandwich végétarien, vu qu’il n’y a pas de viande, on trouve automatiquement du fromage et ainsi de suite !

Même au restaurant indien, quand j’ai demandé (à tout hasard) si dans les lentilles au lait de coco il n’y avait pas de lait, en fait il y avait de la crème fraîche, comme d’ailleurs dans tous les plats qui, sur la carte semblaient végétaliens !

Bien sûr, la France est très en retard pour ce type d’alimentation (contrairement aux anglais, allemands ou canadiens par exemple) mais les parisiens restent les mieux lotis ! On trouve dans la capitale pas mal de restaurants, de petits coins ou prendre des brunchs ou faire des courses et trouver touuuut un tas de produits végétaliens !

Le mieux reste donc d’emmener son petit pique-nique lorsque l’on part en balade =p

Sinon au quotidien je ne peux pas dire que j’ai particulièrement de problème, je fais le plus possible ce que je peux réaliser moi-même, et j’avoue que je préfère ! (Merci Maman pour cette éducation !!)

Ce n’est pas forcément plus de boulot à moins de passer d’une alimentation composée uniquement de plat préparés, c’est sûr qu’il y aura un changement, mais sinon ça ne me prends absolument pas plus de temps de cuisiner végétalien, et c’est même souvent le contraire ! Et puis quel plaisir de ne plus avoir à tripoter des morceaux de viande …

J’y trouve aussi un avantage économique, car avec la même somme d’argent on nourrit plus de gens avec des protéines végétales qu’animale.

(Ex : les protéines de soja reviennent à plus ou moins 10euros le kilo. Pour une portion de protéines on ne compte pas plus de 80gr au maximum par personne) contre au moins le double pour la viande (vous ne m’en voulez pas si je ne suis pas allée vérifier dans la boucherie la plus proche ? mdr)

 

Comme d’habitude, si vous avez des questions et que je peux y répondre, je me ferai une joie de le faire !

Toto a une dent contre les méchants !

Toto a une dent contre les méchants !

Les griffes de la nuit, version Tomo !

Les griffes de la nuit, version Tomo !

Publicités

3 réflexions sur “Comment je suis devenue végétalienne

  1. Très intéressant tout ça, tu as bien fait d’écrire cet article!!
    Effectivement les sorties à l’extérieur ça doit pas être simple pour manger en fonction de tes habitudes alimentaires. C’est aussi vrai que le végétalisme est eu connu, par rapport au végétarisme qui l’est un peu plus.
    Personnellement j’essaie du mieux que je peux de consommer responsable.
    Je ne pense pas passer un jour au végétarisme, car même si j’élimine de plus en plus la viande de mon alimentation je compte continuer à manger des œufs et du poisson. Mais je me dis que je peux réduire un peu leur quantité en augmentant mon apport en protéines végétales. J’aime assez même si je ne connais pas encore très bien. Heureusement, ton blog est de bon conseil!! 😉
    A bientôt bisous.

    • Merci ^^
      Oui pas facile, mais bon, un repas maison c’est tellement bon aussi, et tu es sûre de ce que tu manges !
      J’avoue que le restaurant tout ça ne me manque pas du tout, ce n’est absolument pas une frustration !
      J’espère que tu continuera à trouver pleins d’infos qui te seront utiles !!

Laisser un petit mot <3

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s